• Ateliers de type "vie pratique" à la maison

    Petit avertissement : je ne suis pas un fan inconditionnelle de la pédagogie Montessori (ni d'aucune autre d'ailleurs), je prends ce qui a du sens pour moi, et je m'en sers. Certains puristes seront peut-être choqués par les propos qui suivent, ils ne sont pas là pour ça, donc je m'en excuse, mais à ma décharge (et ce que beaucoup semblent avoir oublié), Maria Montessori n'a jamais voulu que "sa" pédagogie reste figée, au contraire, elle souhaitait que les générations futures s'en emparent et la fasse évoluer wink2

    La pédagogie Montessori est plutôt à la mode en ce moment, et même si je pense que tout n'est pas bon à prendre, ça reste tout de même une bonne chose. Seulement, cette pédagogie a été avant tout pensée pour un groupe d'enfants d'âges différents, mais tout de même assez proche afin de créer une certaine émulation et qu'ils s'entraident. Quand on est à la maison, on est rarement dans cette configuration... je ne sais pas si une fratrie peut-être vraiment considérée comme un groupe d'enfants... (après, ça dépend du nombre de frères et sœurs ^^)

    De plus ces ateliers (ceux de "vie pratique") ont été pensés pour être ancré dans la vie quotidienne de l'enfant, je me suis donc dis que, logiquement, je pouvais les faire avec nos objets quotidiens (à quelques adaptation de taille près...), donc pas besoin d'engraisser un quelconque fabricant qui estampille certains objets "Montessori" pour les vendre à prix d'or (effet de mode, demande croissante, loi de l'offre et de la demande... toussa toussa tongue).

    Exemples (c'est une liste, pas une progression) :

    •  se déplacer - c'est-à-dire se déplacer calmement (sans courir ni sauter) d'un point à un autre sans empiéter sur l'espace de jeu ou de travail des autres (que ça soit un tapis ou autre chose)... et oui, se déplacer respectueusement sans déranger les autres, ça s'apprend ! et je dirai même que ça s'apprend le plus tôt possible (il est plus facile de prendre une bonne habitude que d'en défaire une mauvaise), selon moi, ça tient plus de la règle de vie et du respect des autres qu'un atelier proprement dit, mais on est dans la "vie pratique", donc la vie quotidienne. Chaque fois que l'enfant ne respecte pas cette façon de se déplacer, il suffit de le prendre par la main, de le ramener à son point de départ, de lui rappeler comment se déplacer et de le laisser refaire son trajet.
    • tenir sa cuiller avec trois doigt (comme un crayon) - c'est aussi une bonne habitude à prendre le plus tôt possible et qui se fait naturellement quand on présente correctement la cuiller à un tout-petit (là, je parle du bébé qui commence à vouloir manger seul) : il ne peut pas la prendre lui même correctement, il l'a prendra à pleine main, ce qui est normal, mais si on lui donne correctement, il y a de forte chance pour qu'il la tienne très vite de cette façon. (bon, après, je ne dis qu'il faut forcer un bébé à tenir sa cuiller de cette façon, mais juste lui présenter à chaque fois de manière à ce qu'il la tienne correctement, au moins quelques instants)... attention cependant avec la tenue de la cuiller : il ne faut surtout pas mettre la cuiller dans la main du tout-petit, mais le laisser choisir la main qu'il souhaite utiliser (souvent, quand on lui tend la cuiller, il avance une main, c'est à cette main qu'il faut présenter la cuiller de façon à ce qu'il l'attrape correctement, s'il n'avance pas une de ses mains, il est préférable de poser la cuiller même s'il la tient mal en la prenant seul que de lui imposer la main avec laquelle il va devoir ensuite s'en servir wink2).
    • se laver les mains - sans commentaire, pour moi, ça s'apprend dès tout-petit aussi... au début, on lui lave les mains nous même, puis dès qu'il est assez grand pour atteindre le robinet avec le marche-pied, on peut lui montrer comment faire seul (en faisant simplement en même temps que lui et en commentant nos gestes)... rassurez-moi, tous les enfants qui vont à l'école savent déjà se laver les mains, non ?
    • s'asseoir - c'est-à-dire s'asseoir sans bruit (ou avec un minimum de bruit)... toujours dans l'idée de ne pas déranger les autres... bon, là, il faut juste une chaise adaptée à la taille de l'enfant (et une table, tant que vous y êtes), parce qu'avec nos grosses chaises d'adultes, il n'y arrivera pas, c'est évident... on lui montre donc les gestes pour soulever sa chaise délicatement (sans rien heurter), la reculer, la poser, s'asseoir et la rapprocher sans la faire racler (donc en se levant légèrement, genoux fléchis). Si l'enfant ne fait pas les bons gestes, il va l'entendre de lui-même, ça ne sert à rien de le lui faire remarquer... en revanche, il peut-être nécessaire de lui remontrer les gestes la prochaine fois...
    • ranger sa chaise - c'est-à-dire se lever et ranger sa chaise (sans bruit)... ce sont les gestes inverses de l'atelier "s'asseoir", mais ils ne sont pas nécessairement évidents pour un petit... donc on montre... (le matériel est la même que précédemment).
    • dérouler et rouler un tapis (soyons fous,montrons tout d'un coup winktongue). Les tapis sont un incontournable des activités Montessori. Pourquoi ? et bien, déjà, ça isole du froid du sol (il y a un siècle, les maisons n'étaient pas aussi bien chauffées que maintenant), mais pas seulement, ça délimite aussi un espace : le tapis représente l'espace de l'enfant sur lequel il fait son activité, espace qui ne doit pas être envahi par les autres ; ça amortit aussi les chocs et assourdis les bruits lors des chutes éventuelles du matériel... (Vous remarquerez, en passant, que tout a été pensé pour limiter le bruit et donner ainsi aux enfants, dès tout petit, de bonnes conditions pour leur permettre de ce concentrer). Revenons à notre tapis : vous montrer à l'enfant (toujours en décomposant bien les gestes), comment dérouler le tapis (le dérouler vraiment, pas en donnant un coup sec pour le faire se dérouler tout seul, ni en le faisant "voler" pour le déployer : imaginez que l'enfant qui est juste à côté soit en train d'associé des mots lus à des images sarcastic)... donc, on déroule le tapis au sol, tranquillement... puis on le roule (en le pliant sur lui même pour qu'il ne se retrouve pas à l'envers)... il y a plusieurs façons de faire, le critère d'un bon "roulage" de tapis, c'est qu'il doit tenir debout quand on a terminé. Rouler un tapis est une activité difficile pour un petit, il sera certainement nécessaire de lui montrer plusieurs fois les "bons" gestes. Attention aussi à la largeur du tapis : l'enfant doit pouvoir tenir les 2 coins en même temps pour avoir une chance de le plier correctement.
    • les pinces à linge. Clairement, je n'ai jamais fait d'atelier pinces à linge, même si je sais que ça prépare les doigts à faire la pince pour tenir correctement un crayon, ça n'a pas de sens pour moi d'accrocher des pinces à linge sur un carton... les pinces à linge servent à accrocher du linge sur un fil, c'est leur usage de base... qu'à cela ne tienne : les enfants, très jeunes (avant 2 ans), peuvent aider à étendre du linge sur des séchoirs de type "Tancarville"... les miens se sont tous amusés à aligner des pinces sur les fils les plus bas pendant que j'étendais le linge, puis ont essayé d'y accrocher des chaussettes ou des culottes... maintenant, des pinces à linge colorées servent à la Minette pour valider ses réponses lors de certains ateliers, mais elle n'a pas "découvert" les pinces à linge par ces ateliers wink2
    • ouvrir et fermer des boîtes, des bocaux, etc... là non plus, pas d'atelier spécifique : ils apprennent à ouvrir et fermer les différents types de récipients utilisés à la maison... je montre au fur et à mesure de leurs demandes...
    • les cadres d'habillage... eux non plus ne sont pas mes amis... autant, je peux comprendre leur utilité dans une classe (quoi que), autant à la maison, je n'en vois pas l'intérêt (ceci dit, il est possible que quelque chose m'échappe). Il est plus facile de fermer un vêtement qui est face à soit que sur soit, là-dessus, je suis d'accord, mais en même temps, quand il ferme un vêtement face à lui, l'enfant n'apprend pas à s'habiller, mais à aider un copain à s'habiller, non ? Donc, ici, pas de cadre d'habillage, les enfants apprennent directement sur eux (et pour le jeu, il y a les poupées...)
    • Les "verser"... encore un flop... si je me souviens bien, il y a 3 (ou 4) plateaux progressifs en ateliers Montessori (graines / sable / eau) et avec des pichets... alors, déjà, nous ne nous servons pas de pichets à la maison, nous buvons de l'eau en bouteille... donc, utiliser un pichet à assez peu de sens dans notre quotidien... en revanche, depuis plusieurs mois, la Minette a à sa disposition une petite bouteille de 33 cL pour se servir elle-même quand elle a soif... en revanche, elle se sert du pichet de sa dinette (et même de la théière) pour jouer (en mettant de l'eau "pour de vrai" dedans, et parfois d'autres choses, sinon, c'est pas drôle... à boire "pour de faux" ^^).
    • Presser une éponge : quand on renverse, on nettoie avec l'éponge, on la presse, on la rince, on la presse encore... (dès qu'on "sait" renverser, on est capable de se servir d'une éponge)
    • Balayer... juste un balai à taille d'enfant, une pelle et une balayette normale... on montre comment balayer (avec les deux mains). Un petit ne le fera qu'avec une seule main, l'autre étant souvent fermée mais pas sur le balai et le bras légèrement crispé (c'est trop mignon winktongue), après quelques temps il y mettra les deux mains. La Minette ramasse avec le balai et / ou la balayette et la pelle les petits morceaux de papiers qui sont tombés lorsqu'elle découpe... elle joue également à balayer les cubes et les légos...
    • faire les poussières : idem, pas de matériel spécifique, je prête le miens et on fait ensemble (j'en ai plusieurs : moi ce qui est en hauteur, les plus jeunes, ce qui est à leur hauteur)
    • Plier du tissu : pliage de sa serviette après chaque repas (en 4 puis roulée et rangée dans son rond, avec la pince à linge qui permet de la maintenir autour de son cou quand elle mange) + pliage (généralement en même temps que je repasse) de ses petites culottes, des torchons et des chiffons (propres)
    • Brosser un tapis : non, pour des raisons d'allergies, le seul tapis que nous avons passe en machine (après un coup d'aspirateur), et c'est moi qui m'en occupe.
    • Laver le linge : non plus, j'ai une machine à laver, ça n'a pas de sens dans notre quotidien de laver le linge à la main (pour l'étendre, cf "pinces à linge" ^^)
    • Nettoyer un miroir / une vitre : avec un chiffon à sec, oui, ma plus jeune l'a déjà fait... avec du produit ménager, non...
    • Laver la table : on ne le fait pas tout à fait comme ce que j'ai pu voir en atelier Montessori (brosse-savon...), ici c'est éponge savonneuse puis éponge rincée puis chiffon... mais oui, pas de problème sur la petite table, seulement quand elle a été salie par contre, pas juste pour le plaisir...
    • Les cadenas et autres serrures / fermetures : au fur et à mesure de leurs rencontres dans la vie quotidienne (c'est assez facile, on a tous au moins une serrure avec clé et un verrou pour les toilettes, il y a deux options pour ce dernier, soit on le bloque pour ne pas qu'ils s'enferment par accident, soit on leur apprend à s'en servir, et s'ils n'y arrivent pas, au moins, on est avec eux et on peut leur expliquer qu'il leur faut un peu plus de force et qu'on réessaiera plus tard ensemble)
    • découper : atelier découpage, ça, oui (je ne sais pas si j'en ai parlé sur le blog, je vérifierai). Je rajouterai qu'ici, le découpage et souvent suivi d'un collage (soit pratique, soit artistique he)
    • visser / dévisser : il faut plusieurs vis de tailles différentes avec les écrous correspondants... je ne sais pas, je ne connaissais pas... mon homme doit avoir ce qu'il faut dans son atelier, je verrai si ça intéresse ma plus jeune. Sinon, on a un jeu en bois pour ça...
    • coudre : la dernière joue avec des cartes à lacer, la deuxième fait du canevas et le plus grand rien depuis qu'il a arrêté les cartes à lacer...
    • prendre soin des plantes... alors, euh, comment dire... depuis que je suis arrivée dans cette maison, je n'arrive pas à garder mes plantes d'intérieur, chaque fois, elles ne passent pas l'hiver (je soupçonne mon chauffage d'en être la cause, air trop sec peut-être, je ne sais pas)... donc côté plantes, oui, mais pas toute l'année... erf
    • Personnellement, je rajoute aussi faire la cuisine... pas seul, évidemment, mais accompagné, un petit peut faire pas mal de choses en cuisine : casser des œufs, mélanger, verser les ingrédients (puis plus tard mesurer les quantités), casser du chocolat, monter des blancs en neige (avec un batteur électrique)... il peut même couper en morceaux des fruits et des légumes avec un couteau scie et/ou un protège doigts en fonction de l'habilité des enfants (en commençant par des fruits tendres comme la banane, la poire...)

     

    Donc dans l'ensemble, la "vie pratique" à la maison, n'est pas présentée en plateau (en dehors de l'atelier découpage), elle se vit, tout simplement...  certaines actions sont quotidiennes (et même "pluri-quotidiennes"), d'autres sont moins fréquentes, ce qui est sûr, c'est qu'elles ne sont jamais présentées sans ancrage dans le quotidien (je me vois mal nettoyer une table propre, me verser un verre d'eau si je n'ai pas besoin de boire, plier du linge déjà nickel dans l'armoire... sarcastic). En gros, les enfants participent à la vie de la maison, c'est tout...

    Mais, me diriez-vous, quel est l'intérêt pédagogique de telles activités ? ... et bien, les plus jeunes sont avides de nous imiter, cela correspond en fait à une phase de développement de leur cerveau où ils développent leurs fonctions exécutives : la mémoire de travail (mémoriser les étapes pour accomplir une tâche), la concentration (éliminer toutes les entrées parasites afin de bien accomplir la tâche voulue) et la flexibilité (pour s'adapter, trouver une solution si ça ne se déroule pas comme on le voulait)... Or, c'est 3 "compétences" se développent majoritairement entre 2 ans / 2 ans et demi et 5 / 6 ans... Pile poil au moment où les enfants ont le plus envie de nous imiter... la nature est bien faite, n'est-ce pas ?

     Voilà mon adaptation des ateliers "vie pratique" à la maison ^^

    Et vous ? comment aidez-vous vos petits à développer leurs fonctions exécutives ?

    Myhal

    « T'choupi coloriages et dessinsAvec T'choupi - Moyenne section »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 21 Novembre 2016 à 21:59

    Bonjour Myhal,

    Dans votre liste et votre manière d'aborder la vie pratique, je trouve que vous voyez les choses sur un plan très utilitaire, finalement. Or, c'est toujours le dernier objectif de la vie pratique. Nous avons toujours tendance à penser que l'enfant raisonne et fonctionne comme nous. Ce n'est pas le cas. C'est le process qui l'intéresse et le passionne, plus que le résultat. C'est pourquoi il est bien dommage de ne pas laisser les enfants laver une table propre, cirer une chaussure rutilante, se laver longuement des mains déjà propres pour observer et contempler des tas de choses avec le savon ( et gérer également toutes les contingences matérielles qui vont avec), laver des petits morceaux de tissu même si la machine lave les vêtements à la maison (d'ailleurs, vous ne lavez jamais rien à la main, chez vous?), ouvrir et fermer des boites, des cadenas, pour le seul plaisir d'observer encore et encore et de se laisser pénétrer par toutes les sensations qui vont avec le mouvement...

    La vie pratique est presque comme une médiation pour l'enfant. C'est un moment pour lui-seul. Bien loin de la contingence matérielle. Il ne s'agit pas de faire de nos enfants des petits professionnels des arts ménagers. Bien sûr qu'indirectement, ils en retireront de l'autonomie et de la capacité à s'organiser. Mais si nous ne voyons pas le temps offert à l'enfant pour se concentrer sur le process, se donner la chance de perfectionner un mouvement, pratiquer la répétition si nécessaire à son âge, nous le plongeons déjà dans un monde matérialiste et centré sur le résultat. Nous lui montrons pour qu'il "sache faire", pour qu'il "réussisse", et non pas pour qu'il se construise en y prenant ce qu'il a à y prendre, à son rythme, autant de fois qu'il le veut, même si cela nous semble "inutile".

    Laissons les petits enfants qui le souhaitent laver des tables propres... pour la beauté du geste!

    Bonne soirée.

      • Mardi 22 Novembre 2016 à 14:31

        Merci Marie-Hélène pour ce commentaire

        Vous avez raison en disant qu'avec mon regard d'adulte, j'ai une vision utilitaire de ces ateliers.

        Pour reprendre l'exemple de la table, dans mon article, je disais que "je" ne voyais pas l'intérêt de laver une table propre (et honnêtement, je ne le ferai pas)... en revanche, si ma dernière veut nettoyer sa petite table, même si à mes yeux, elle est propre, je la laisse faire (et pour tout le reste aussi), si elle le fait, c'est qu'elle y trouve un intérêt, et je n'ai pas à porter de jugement là-dessus wink2... ce que je voulais dire, c'est que quand je lui ai montré comment nettoyer sa table, elle était sale (ce qui n'est pas toujours le cas dans ce que j'ai pu voir en atelier Montessori, et personnellement, je trouve ça dommage, parce que le geste que l'on montre est alors déconnecté de la réalité... )

        Et puis, je vous rassure, même si un peu d'aide est toujours appréciée, mon but n'est pas d'en faire "des petits professionnels des arts ménager" (la formule, elle m'a fait sourire), juste de répondre à leur besoin/envie de faire comme moi (et c'est aussi un temps partagé très agréable)

        Après, je dis juste ce que je fais chez moi et qui s'inspire des ateliers "vie pratique", parce que parfois, certains parents pensent que c'est compliqué et onéreux, alors que finalement, avec notre quotidien et sans être expert en pédagogie Montessori, on peut proposer des choses, même si on ne propose pas la totalité des ateliers possibles...

    2
    Mardi 22 Novembre 2016 à 21:07

    Effectivement, il est toujours mieux de montrer la présentation du lavage de la table avec une table au moins un peu sale. Idem pour le lavage des mains. Je me souviens de la jolie formule de ma formatrice quand elle vidait la bassine d'eau pour le lavage des mains: "Regarde la belle eau sale!". Je trouve ça magnifique. Oui, cette eau est belle, parce qu'elle fait son travail d'eau en nous débarrassant de la saleté... En présentation, on ne nettoie que la moitié de la table pour que l'enfant constate la différence et fasse ensuite sa moitié à lui. C'est son contrôle de l'erreur.

    Pour en revenir aux "petits professionnels des arts ménagers", je ne parlais pas pour vous. Mais c'est parfois la vision qu'on les gens de Montessori: "Ah oui! les écoles où les enfants apprennent à balayer et à laver le linge!"... Ça me rappelle ce faux blog pour une ONG dans laquelle la maman présumée racontait qu'elle utilisait Montessori pour que sa fille devienne une bonne femme d'intérieur plus tard. Je voulais juste dire qu'on n'est pas du tout dans cet utilitaire ;-)

    On peut tout à fait faire Montessori avec très peu de moyens. mais je voulais ajouter que les plateaux ont un rôle supplémentaire. C'est qu'en déconnectant totalement de l'utilitaire, du résultat, l'enfant apprend à faire un choix, à ressentir l'activité qui l'attire vraiment. C'est une chose de s'entraîner au moment de son choix, sans pression, autant de fois que l'on veut, sans attente de résultat et parce qu'on l'a vraiment choisi et de faire parce qu'on doit sortir, parce qu'on a soif, parce qu'on veut aider maman... Pour moi, dans la motivation, il y a un énorme écart. Et idéalement, dans Montessori, il faut les 2: tout ce que vous avez dit dans le quotidien de la vie personnelle et familiale ET le plateau (sans avoir forcément tous les plateaux, et on peut aussi ne laisser que les 3 ou 4 du moment). L'objectif majeur de la vie pratique, c'est l'éducation de la volonté, base fondamentale de la véritable liberté.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :