• Pourquoi évaluer ?

    Certains en IEF bannissent toute instruction formelle : c'est un choix tout à fait respectable, ça n'est pas le mien, parce que ça ne me correspond pas (maintenant, pour ma fille, pour ce que nous souhaitons apprendre ensemble, etc... dans un autre cas de figure, peut-être, j'avoue, je ne sais pas... je pense que le cadre formel me rassure, mais ça j'en parlerai une autre fois wink2)

    Certains font de l'instruction formelle, mais n'évaluent jamais, souvent parce que l'évaluation a une image négative : on pointe ce que l'on ne sait pas. A l'école, on a une mauvaise note, une mauvaise appréciation de l'enseignant qui peut aussi faire un commentaire oral... bref, ça peut-être humiliant, donner une mauvaise estime de soit, etc... et avec un enfant en souffrance, ça peut faire pas mal de dégâts... je suis entièrement d'accord... Seulement, évaluer n'est pas noter, on peut évaluer sans mettre une note, on peut évaluer en restant bienveillant.

    Une évaluation, sert à évaluer les connaissances de l'enfant (et non l'enfant lui-même), voir où il en est : la notion est-elle acquise ? faut-il encore la travailler ? En tant que parent accompagnateur, c'est s'interroger pour trouver d'autres façons d'aborder une notion non comprise, mettre en place des exercices différents pour qu'une notion fragile se mettent en place petit à petit (des fiches d'exercices, des jeux, en autonomie, accompagné, etc...)

    Et puis, c'est aussi utile à l'enfant : généralement, il sait très bien ce qu'il parvient à faire ou pas, mais parfois, il ne s'en rend pas compte. Se retrouver devant une question sur laquelle il se retrouve bloqué lui permet de se rendre-compte par lui-même que la notion n'est pas acquise (et que ça n'est pas une lubie de l'adulte de vouloir la travailler encore). Ici, la Puce a du mal à apprendre ses leçons : depuis toujours, lire la leçon lui suffit... seulement, en IEF, je la fais approfondir, du coup, lire ne suffit plus... elle est obligée de faire un peu plus d'efforts pour pouvoir répondre aux questions des évaluations que je lui prépare... et pour moi, la notion d'effort est très importante.

    C'est aussi pour ça que je ne l'évalue pas qu'en français en en maths : certes, le français et les maths sont la base de tout le reste, mais nous avons choisi de ne pas faire que ça, et ce sont justement nos dossiers dans les autres matières qui lui permettent d'aller plus loin, d'approfondir, de faire des recherches... Et ce sont dans ces matières qu'elle s'amuse le plus, mais aussi qu'elle doit faire le plus d'efforts (puisque nous allons bien souvent au-delà du programme scolaire).

    Pour conclure, le but d'une évaluation ne devrait jamais être de "casser" l'enfant, le vrai but d'une évaluation est d'apprendre à l'enfant à reconnaître ses difficultés et d'accepter de les travailler de nouveau. Une évaluation doit toujours être constructive, et ça, c'est à nous accompagnateur, d'y veiller yes.

    Myhal

    « Journal du 9 octobrePaysages de village, de ville et de quartier »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :