• Vous ai-je déjà dit que la Minette adore ce petit pingouin ? sarcastic

    Comme l'année dernière, elle possède les trois cahiers de la série (clic sur l'image pour être dirigé vers la page de l'éditeur) :

    Avec T'choupi - Moyenne section

    Avec celui-ci, le "moyen" revoit les graphismes de bases et s'entraîne à écrire les majuscules scripts... je le trouve plutôt bien fait dans sa progression (même si je ne suis pas fan de "l'écriture bâton").

    Avec T'choupi - Moyenne section

    Celui-ci propose des activités sur les nombres (jusqu'à 10), le classement par taille, le quadrillage, le tableau à double entrée, la symétrie, des notions telles que plus que / moins que / autant que, devant / derrière, dedans / dehors, en haut / en bas, premier / dernier...

    Avec T'choupi - Moyenne section

    Et le dernier propose des activités sur pas mal de thèmes que nous pouvons prolonger (ou anticiper) : la gare, le zoo, les déguisements, le corps, les animaux et leurs petits, les 5 sens, la musique, le temps qui passe, les saisons, les jours de la semaine, le cycle de vie d'une grenouille, la rue...

    Leur utilisation à la maison n'a pas changée par rapport à ceux de l'année dernière : ils ne servent pas de bases pour les apprentissages, mais la Minette est très fière de garder une trace de ce qu'elle a vu ailleurs, et elle aime pouvoir y revenir... chose que l'on ne peut pas faire avec les ateliers (même avec des photos, la "trace" est différente) wink2

    Myhal


    1 commentaire
  • Petit avertissement : je ne suis pas un fan inconditionnelle de la pédagogie Montessori (ni d'aucune autre d'ailleurs), je prends ce qui a du sens pour moi, et je m'en sers. Certains puristes seront peut-être choqués par les propos qui suivent, ils ne sont pas là pour ça, donc je m'en excuse, mais à ma décharge (et ce que beaucoup semblent avoir oublié), Maria Montessori n'a jamais voulu que "sa" pédagogie reste figée, au contraire, elle souhaitait que les générations futures s'en emparent et la fasse évoluer wink2

    La pédagogie Montessori est plutôt à la mode en ce moment, et même si je pense que tout n'est pas bon à prendre, ça reste tout de même une bonne chose. Seulement, cette pédagogie a été avant tout pensée pour un groupe d'enfants d'âges différents, mais tout de même assez proche afin de créer une certaine émulation et qu'ils s'entraident. Quand on est à la maison, on est rarement dans cette configuration... je ne sais pas si une fratrie peut-être vraiment considérée comme un groupe d'enfants... (après, ça dépend du nombre de frères et sœurs ^^)

    De plus ces ateliers (ceux de "vie pratique") ont été pensés pour être ancré dans la vie quotidienne de l'enfant, je me suis donc dis que, logiquement, je pouvais les faire avec nos objets quotidiens (à quelques adaptation de taille près...), donc pas besoin d'engraisser un quelconque fabricant qui estampille certains objets "Montessori" pour les vendre à prix d'or (effet de mode, demande croissante, loi de l'offre et de la demande... toussa toussa tongue).

    Exemples (c'est une liste, pas une progression) :

    •  se déplacer - c'est-à-dire se déplacer calmement (sans courir ni sauter) d'un point à un autre sans empiéter sur l'espace de jeu ou de travail des autres (que ça soit un tapis ou autre chose)... et oui, se déplacer respectueusement sans déranger les autres, ça s'apprend ! et je dirai même que ça s'apprend le plus tôt possible (il est plus facile de prendre une bonne habitude que d'en défaire une mauvaise), selon moi, ça tient plus de la règle de vie et du respect des autres qu'un atelier proprement dit, mais on est dans la "vie pratique", donc la vie quotidienne. Chaque fois que l'enfant ne respecte pas cette façon de se déplacer, il suffit de le prendre par la main, de le ramener à son point de départ, de lui rappeler comment se déplacer et de le laisser refaire son trajet.
    • tenir sa cuiller avec trois doigt (comme un crayon) - c'est aussi une bonne habitude à prendre le plus tôt possible et qui se fait naturellement quand on présente correctement la cuiller à un tout-petit (là, je parle du bébé qui commence à vouloir manger seul) : il ne peut pas la prendre lui même correctement, il l'a prendra à pleine main, ce qui est normal, mais si on lui donne correctement, il y a de forte chance pour qu'il la tienne très vite de cette façon. (bon, après, je ne dis qu'il faut forcer un bébé à tenir sa cuiller de cette façon, mais juste lui présenter à chaque fois de manière à ce qu'il la tienne correctement, au moins quelques instants)... attention cependant avec la tenue de la cuiller : il ne faut surtout pas mettre la cuiller dans la main du tout-petit, mais le laisser choisir la main qu'il souhaite utiliser (souvent, quand on lui tend la cuiller, il avance une main, c'est à cette main qu'il faut présenter la cuiller de façon à ce qu'il l'attrape correctement, s'il n'avance pas une de ses mains, il est préférable de poser la cuiller même s'il la tient mal en la prenant seul que de lui imposer la main avec laquelle il va devoir ensuite s'en servir wink2).
    • se laver les mains - sans commentaire, pour moi, ça s'apprend dès tout-petit aussi... au début, on lui lave les mains nous même, puis dès qu'il est assez grand pour atteindre le robinet avec le marche-pied, on peut lui montrer comment faire seul (en faisant simplement en même temps que lui et en commentant nos gestes)... rassurez-moi, tous les enfants qui vont à l'école savent déjà se laver les mains, non ?
    • s'asseoir - c'est-à-dire s'asseoir sans bruit (ou avec un minimum de bruit)... toujours dans l'idée de ne pas déranger les autres... bon, là, il faut juste une chaise adaptée à la taille de l'enfant (et une table, tant que vous y êtes), parce qu'avec nos grosses chaises d'adultes, il n'y arrivera pas, c'est évident... on lui montre donc les gestes pour soulever sa chaise délicatement (sans rien heurter), la reculer, la poser, s'asseoir et la rapprocher sans la faire racler (donc en se levant légèrement, genoux fléchis). Si l'enfant ne fait pas les bons gestes, il va l'entendre de lui-même, ça ne sert à rien de le lui faire remarquer... en revanche, il peut-être nécessaire de lui remontrer les gestes la prochaine fois...
    • ranger sa chaise - c'est-à-dire se lever et ranger sa chaise (sans bruit)... ce sont les gestes inverses de l'atelier "s'asseoir", mais ils ne sont pas nécessairement évidents pour un petit... donc on montre... (le matériel est la même que précédemment).
    • dérouler et rouler un tapis (soyons fous,montrons tout d'un coup winktongue). Les tapis sont un incontournable des activités Montessori. Pourquoi ? et bien, déjà, ça isole du froid du sol (il y a un siècle, les maisons n'étaient pas aussi bien chauffées que maintenant), mais pas seulement, ça délimite aussi un espace : le tapis représente l'espace de l'enfant sur lequel il fait son activité, espace qui ne doit pas être envahi par les autres ; ça amortit aussi les chocs et assourdis les bruits lors des chutes éventuelles du matériel... (Vous remarquerez, en passant, que tout a été pensé pour limiter le bruit et donner ainsi aux enfants, dès tout petit, de bonnes conditions pour leur permettre de ce concentrer). Revenons à notre tapis : vous montrer à l'enfant (toujours en décomposant bien les gestes), comment dérouler le tapis (le dérouler vraiment, pas en donnant un coup sec pour le faire se dérouler tout seul, ni en le faisant "voler" pour le déployer : imaginez que l'enfant qui est juste à côté soit en train d'associé des mots lus à des images sarcastic)... donc, on déroule le tapis au sol, tranquillement... puis on le roule (en le pliant sur lui même pour qu'il ne se retrouve pas à l'envers)... il y a plusieurs façons de faire, le critère d'un bon "roulage" de tapis, c'est qu'il doit tenir debout quand on a terminé. Rouler un tapis est une activité difficile pour un petit, il sera certainement nécessaire de lui montrer plusieurs fois les "bons" gestes. Attention aussi à la largeur du tapis : l'enfant doit pouvoir tenir les 2 coins en même temps pour avoir une chance de le plier correctement.
    • les pinces à linge. Clairement, je n'ai jamais fait d'atelier pinces à linge, même si je sais que ça prépare les doigts à faire la pince pour tenir correctement un crayon, ça n'a pas de sens pour moi d'accrocher des pinces à linge sur un carton... les pinces à linge servent à accrocher du linge sur un fil, c'est leur usage de base... qu'à cela ne tienne : les enfants, très jeunes (avant 2 ans), peuvent aider à étendre du linge sur des séchoirs de type "Tancarville"... les miens se sont tous amusés à aligner des pinces sur les fils les plus bas pendant que j'étendais le linge, puis ont essayé d'y accrocher des chaussettes ou des culottes... maintenant, des pinces à linge colorées servent à la Minette pour valider ses réponses lors de certains ateliers, mais elle n'a pas "découvert" les pinces à linge par ces ateliers wink2
    • ouvrir et fermer des boîtes, des bocaux, etc... là non plus, pas d'atelier spécifique : ils apprennent à ouvrir et fermer les différents types de récipients utilisés à la maison... je montre au fur et à mesure de leurs demandes...
    • les cadres d'habillage... eux non plus ne sont pas mes amis... autant, je peux comprendre leur utilité dans une classe (quoi que), autant à la maison, je n'en vois pas l'intérêt (ceci dit, il est possible que quelque chose m'échappe). Il est plus facile de fermer un vêtement qui est face à soit que sur soit, là-dessus, je suis d'accord, mais en même temps, quand il ferme un vêtement face à lui, l'enfant n'apprend pas à s'habiller, mais à aider un copain à s'habiller, non ? Donc, ici, pas de cadre d'habillage, les enfants apprennent directement sur eux (et pour le jeu, il y a les poupées...)
    • Les "verser"... encore un flop... si je me souviens bien, il y a 3 (ou 4) plateaux progressifs en ateliers Montessori (graines / sable / eau) et avec des pichets... alors, déjà, nous ne nous servons pas de pichets à la maison, nous buvons de l'eau en bouteille... donc, utiliser un pichet à assez peu de sens dans notre quotidien... en revanche, depuis plusieurs mois, la Minette a à sa disposition une petite bouteille de 33 cL pour se servir elle-même quand elle a soif... en revanche, elle se sert du pichet de sa dinette (et même de la théière) pour jouer (en mettant de l'eau "pour de vrai" dedans, et parfois d'autres choses, sinon, c'est pas drôle... à boire "pour de faux" ^^).
    • Presser une éponge : quand on renverse, on nettoie avec l'éponge, on la presse, on la rince, on la presse encore... (dès qu'on "sait" renverser, on est capable de se servir d'une éponge)
    • Balayer... juste un balai à taille d'enfant, une pelle et une balayette normale... on montre comment balayer (avec les deux mains). Un petit ne le fera qu'avec une seule main, l'autre étant souvent fermée mais pas sur le balai et le bras légèrement crispé (c'est trop mignon winktongue), après quelques temps il y mettra les deux mains. La Minette ramasse avec le balai et / ou la balayette et la pelle les petits morceaux de papiers qui sont tombés lorsqu'elle découpe... elle joue également à balayer les cubes et les légos...
    • faire les poussières : idem, pas de matériel spécifique, je prête le miens et on fait ensemble (j'en ai plusieurs : moi ce qui est en hauteur, les plus jeunes, ce qui est à leur hauteur)
    • Plier du tissu : pliage de sa serviette après chaque repas (en 4 puis roulée et rangée dans son rond, avec la pince à linge qui permet de la maintenir autour de son cou quand elle mange) + pliage (généralement en même temps que je repasse) de ses petites culottes, des torchons et des chiffons (propres)
    • Brosser un tapis : non, pour des raisons d'allergies, le seul tapis que nous avons passe en machine (après un coup d'aspirateur), et c'est moi qui m'en occupe.
    • Laver le linge : non plus, j'ai une machine à laver, ça n'a pas de sens dans notre quotidien de laver le linge à la main (pour l'étendre, cf "pinces à linge" ^^)
    • Nettoyer un miroir / une vitre : avec un chiffon à sec, oui, ma plus jeune l'a déjà fait... avec du produit ménager, non...
    • Laver la table : on ne le fait pas tout à fait comme ce que j'ai pu voir en atelier Montessori (brosse-savon...), ici c'est éponge savonneuse puis éponge rincée puis chiffon... mais oui, pas de problème sur la petite table, seulement quand elle a été salie par contre, pas juste pour le plaisir...
    • Les cadenas et autres serrures / fermetures : au fur et à mesure de leurs rencontres dans la vie quotidienne (c'est assez facile, on a tous au moins une serrure avec clé et un verrou pour les toilettes, il y a deux options pour ce dernier, soit on le bloque pour ne pas qu'ils s'enferment par accident, soit on leur apprend à s'en servir, et s'ils n'y arrivent pas, au moins, on est avec eux et on peut leur expliquer qu'il leur faut un peu plus de force et qu'on réessaiera plus tard ensemble)
    • découper : atelier découpage, ça, oui (je ne sais pas si j'en ai parlé sur le blog, je vérifierai). Je rajouterai qu'ici, le découpage et souvent suivi d'un collage (soit pratique, soit artistique he)
    • visser / dévisser : il faut plusieurs vis de tailles différentes avec les écrous correspondants... je ne sais pas, je ne connaissais pas... mon homme doit avoir ce qu'il faut dans son atelier, je verrai si ça intéresse ma plus jeune. Sinon, on a un jeu en bois pour ça...
    • coudre : la dernière joue avec des cartes à lacer, la deuxième fait du canevas et le plus grand rien depuis qu'il a arrêté les cartes à lacer...
    • prendre soin des plantes... alors, euh, comment dire... depuis que je suis arrivée dans cette maison, je n'arrive pas à garder mes plantes d'intérieur, chaque fois, elles ne passent pas l'hiver (je soupçonne mon chauffage d'en être la cause, air trop sec peut-être, je ne sais pas)... donc côté plantes, oui, mais pas toute l'année... erf
    • Personnellement, je rajoute aussi faire la cuisine... pas seul, évidemment, mais accompagné, un petit peut faire pas mal de choses en cuisine : casser des œufs, mélanger, verser les ingrédients (puis plus tard mesurer les quantités), casser du chocolat, monter des blancs en neige (avec un batteur électrique)... il peut même couper en morceaux des fruits et des légumes avec un couteau scie et/ou un protège doigts en fonction de l'habilité des enfants (en commençant par des fruits tendres comme la banane, la poire...)

     

    Donc dans l'ensemble, la "vie pratique" à la maison, n'est pas présentée en plateau (en dehors de l'atelier découpage), elle se vit, tout simplement...  certaines actions sont quotidiennes (et même "pluri-quotidiennes"), d'autres sont moins fréquentes, ce qui est sûr, c'est qu'elles ne sont jamais présentées sans ancrage dans le quotidien (je me vois mal nettoyer une table propre, me verser un verre d'eau si je n'ai pas besoin de boire, plier du linge déjà nickel dans l'armoire... sarcastic). En gros, les enfants participent à la vie de la maison, c'est tout...

    Mais, me diriez-vous, quel est l'intérêt pédagogique de telles activités ? ... et bien, les plus jeunes sont avides de nous imiter, cela correspond en fait à une phase de développement de leur cerveau où ils développent leurs fonctions exécutives : la mémoire de travail (mémoriser les étapes pour accomplir une tâche), la concentration (éliminer toutes les entrées parasites afin de bien accomplir la tâche voulue) et la flexibilité (pour s'adapter, trouver une solution si ça ne se déroule pas comme on le voulait)... Or, c'est 3 "compétences" se développent majoritairement entre 2 ans / 2 ans et demi et 5 / 6 ans... Pile poil au moment où les enfants ont le plus envie de nous imiter... la nature est bien faite, n'est-ce pas ?

     Voilà mon adaptation des ateliers "vie pratique" à la maison ^^

    Et vous ? comment aidez-vous vos petits à développer leurs fonctions exécutives ?

    Myhal


    3 commentaires
  • T'choupi coloriages et dessins

    T'choupi coloriages et dessins est un gros cahier de coloriages et de graphismes avec le petit pingouin préféré de la Minette (c'est une grande fan des livres, nettement moins des dessins animés). Comme d'habitude, on s'en sert aussi pour enrichir (ou plutôt revoir) le vocabulaire, et elle raconte une histoire à partir des illustrations de presque chaque double page (d'elle-même).

    Il est conseillé par l'éditeur à partir de 2 ans, seulement on ne peut pas colorier aux feutres (les feuilles sont épaisses, mais trop poreuses, donc ça traverse), donc 2 ans, c'est un peu trop tôt à mon avis... Surtout qu'à cet âge, les petits font surtout des traces wink2.

    La Minette le possède depuis un bon moment, mais n'étant pas à l'aise avec les crayons de couleurs, et n'aimant pas les craies grasses, elle l'avait laissé de côté...  il est de nouveau en "circulation" depuis le début de la semaine et elle adore les activités proposées qu'elle réalise maintenant avec ses crayons de couleur sans aucune difficulté (presque sans déborder et sans laisser de blanc) ... d'où l'importance de respecter le rythme de son enfant ^^.

    Myhal


    votre commentaire
  • Encore un petit livre des éditions Usborne

    Mon petit livre musical de noël

    La Minette l'a depuis l'année dernière, mais je n'ai pas pensé à vous en parler à ce moment là, et ensuite, ça n'était plus vraiment la "saison" he.

    Des animaux de la forêt répètent pour le concert de Noël, chaque page permet de découvrir un instrument (le xylophone, la trompette, la flûte traversière, la harpe et le violon), puis à la fin, tous les musiciens jouent ensemble pour le concert devant leurs amis réunis... Noël n'est qu'un prétexte pour réunir les animaux et faire un fête, le livre ne parle pas du père Noël, ni de religion.

    C'est un chouette conte qui permet de découvrir quelques instruments. Le rendu musical est vraiment très agréable. Les illustrations sont riches ce qui permet de faire des commentaires autres que ceux liés directement à l'histoire... Le petit plus : on peut changer les piles.

    La Minette l'adore : il est de sorti toute l'année, et il revient très souvent pour l'histoire du soir (elle le connaît par cœur). Les deux grands apprécient aussi la mélodie (ça n'est pas comme certains livres "bruyants" qui deviennent très vite entêtants)

    Bref, un bon petit livre pour un moment tout doux à partager ^^.

    Myhal


    votre commentaire
  • Cookies araignées

    Bon, ok, l'idée n'est pas mauvaise, mais la réalisation laisse à désirer... il aurait fallu faire une tête et un corps pour l'araignée, donc 2 tailles différentes de palets en chocolat... c'est noté pour l'année prochaine : mes araignées ressembleront peut-être moins à des roues sarcastic.

    Sinon, elles étaient délicieuses wink2.

    Pour la réalisation : c'est comme des cookies "classiques" pour la pâte, sauf qu'on n'incorpore pas de pépites de chocolat, ensuite, sur la plaque du four, on écrase un peu les boules de pâtes, on dispose les palets en chocolat (un gros pour le corps et un petit pour la tête) sur les disques de pâte, on passe au four un dizaine de minutes. Pour les pattes, j'ai simplement fait fondre des palets de chocolat avec un petit peu d'eau, je l'ai mis dans un sac pour congélateur et j'ai fait un petit trou dans un coin inférieur pour dessiner les pattes (si vous avez une poche à douille, c'est la même chose ^^).

    Le plus dur a été d'attendre que ça refroidisse : d'ailleurs, personne n'a réussi he.

    Myhal


    votre commentaire
  • Je ne crois pas que ça ait échappé à beaucoup d'entre-vous, hier, c'était Halloween...

    Bon, j'avoue, je ne le (la?) fête pas vraiment.

    Mais les enfants avaient envie de "bricoler", alors j'ai proposé une activité toute simple, dans le "thème du jour", avec de la récup' et du matériel dont on dispose à la maison : une chauve-souris boîte à bonbons...

    Chauve-souris d'Halloween

    Matériel : 1 rouleau de papier toilette (vide) par chauve-souris à fabriquer, de la peinture noire (j'ai une préférence pour l'acrylique : pas besoin de verni), du papier noir, des yeux mobiles (pour le fun he).

    Je n'ai pas pris en photo les différentes étapes, mais en gros :

    1- plier les 2 extrémités des rouleaux façon "boîte à cadeau" (pour marquer les plis : c'est plus facile avant la peinture...)

    2- déplier et peindre le rouleau

    3- pendant que ça sèche, dessiner un gabarit pour les ailes (les 2 attachées ensemble l'espace les reliant correspondant à la zone de collage), le reporter sur le papier noir (ici, du kraft en rouleau) et découper.

    4- coller les ailes d'un côté du rouleau et les yeux mobiles de l'autre

    5- remplir de petits bonbons (style smarties...)

    c'est fini

    Cet après-midi, j'ai prévu faire des cookies pour le goûter... je vais peut-être faire des cookies-araignées...à voir... (je vous en reparle vite ^^)

    Myhal


    votre commentaire
  • Voici la dernière série d'ateliers actuellement à disposition de la Minette :

    Bâtonnets et allumettes

    Ce deux ateliers sont des reproductions de figures.

    J'ai trouvé celui des bâtonnets chez 1, 2, 3, dans ma classe à moi... (en bas d'article). Si vous les imprimez au format 1 par page, les bâtonnets se superposent exactement. J'ai choisi de corser un peu les choses pour la Minette en réduisant le format (impression 2 par page), mais finalement, il est encore trop facile...  sarcastic

    Reproduction de figures et repérage dans l'espace

    Du coup, je lui ai imprimé celui des allumettes, trouvé chez Mitsouko au CP  (toujours au format 2 par page, toujours dans l'idée de corser un peu les choses, pour m'adapter aux capacités de ma fille wink2).

    Reproduction de figures et repérage dans l'espace

     

    J'ai imprimé les cinq séries de fiches et je les ai classées par nombre d'allumettes croissant (en me disant que plus il y a d'allumettes, plus la figure à réaliser est difficile... ça n'est pas tout à fait vrai, mais dans l'ensemble ça fonctionne...) La difficulté supplémentaire est d'orienter correctement les allumettes. Comme pour des raisons de sécurité, j'ai utilisé des allumettes sans tête, j'ai simplement trempé une extrémité dans de la peinture (du coup, la Minette dispose de plusieurs couleur).

    Côté fournitures : j'ai trouvé des bâtonnets et des allumettes sans tête côté arts créatifs (en papèterie). Environ 3 € pour 300 bâtonnets et environ 3 € aussi pour 1000 allumettes...

     Chaque chose à sa place

    Encore un jeu qui vient de chez Laurène : il s'agit de reproduire le tableau donné en modèle.

    Reproduction de figures et repérage dans l'espace

    Il y a 4 niveaux de difficulté et 12 cartes modèles par niveau : au niveau 1 (en photo) le tableau fait 4 cases et les cases sont toutes occupées; au niveau 2, le tableau fait 9 cases et les cases sont toutes occupées aussi ; au niveau 3, le tableau fait 16 cases et 9 sont occupées ; au niveau 5, le tableau fait 25 cases et 9 sont occupées. Les niveaux 1 et 2 ont été faits très (trop) facilement par la Minette ("Mais Maman, je voulais travailler pour de vrai !").... on verra avec le niveau 3...

    Tableaux à double entrée

    Ce dernier jeu vient aussi de chez Laurène.

    Reproduction de figures et repérage dans l'espace

    C'est une introduction toute simple aux tableaux à double entrée. Je ne l'ai pas encore présenté à la Minette mais elle connaît déjà le principe pour en avoir fait dans ses cahiers d'activités.

     

    Voilà, je crois avoir fait le tour de tous les ateliers que la Minette a à sa disposition pour le moment... d'autres sont en phase de fabrication, d'autres en phase de conception, et d'autres en phase de réflexion...

    Bien sûr, les ateliers tourneront : certains disparaîtront et de nouveaux apparaîtront, certains resteront (soit parce qu'elle les adore, soit parce qu'elle n'en a pas encore fait le tour)... mais de toute façon, c'est elle qui choisit, je ne fait que proposer wink2.

    Myhal

     


    votre commentaire
  • Discrimination visuelle

    Ce petit jeu de discrimination visuelle vient de chez Laurène, il faut retrouver l'animal à qui appartient chaque silhouette (je ne vous ai mis qu'une planche en photo, mais il y en a 11, donc 55 animaux. On peut les utiliser avec les boîtes de tri (comme pour l'atelier des ours), mais la Minette préfère placer directement chaque animal sur sa silhouette (elle étale alors les 11 planches en un grand U à l'envers, se met au centre, pioche une carte animal et cherche sa silhouette, en chantonnant ou en parlant à l'animal tant qu'il n'a pas retrouvé sa place... elle vient aussi me voir quand elle ne sait plus comment ce nomme la bestiole qu'elle a piochée ^^)

    Elle n'a pas de souci au niveau de la discrimination visuelle, elle distingue très bien des formes concrètes ou abstraites très  proches sans aucun problème. Si j'ai préparé ce petit jeu, ça n'est donc pas pour répondre à l'un de ses besoins (côté "instruction"), mais parce qu'il m'a plu, tout simplement... (honnêtement, vous ne le trouvez pas cro'mignon ?)

    C'est un temps relax pour elle : elle le sort comme quand elle prend un livre pour le "lire" toute seule, un moment où elle a besoin de calme tout en étant un peu active quand même wink2. Alors, même si je me suis demandée si ce jeu lui serait vraiment utile au moment de l'imprimer (bah oui, parce que 11 planches et 55 animaux à plastifier et découper, ça pose quand même question, surtout que ça n'est pas le seul jeu que je lui ai préparé), au final, je ne regrette pas du tout he.

    Myhal


    votre commentaire
  • Voici le petit frère du porte-clé graphisme dont je vous ai déjà parlé : le porte-clé des chiffres. trouvé lui aussi sur le site fiche-maternelle.

     

    Porte-clé chiffres

    Même technique que pour l'autre : imprimer, plastifier, découper, relier avec un anneau articulé, et hop, c'est parti...

    Un gros succès ici : ils sont sortis presque tous les jours.

    Ce que nous apprécions toutes le deux la Minette et moi, c'est qu'elle peut s'entraîner autant qu'elle le souhaite : le côté effaçable ôte la crainte de rater, et avec une petite perfectionniste, c'est une option qui n'est pas négligeable ^^.

    Myhal


    votre commentaire
  • Le grand livre des contes de la ferme

    Reçu hier, adopté immédiatement par la Minette qui ne le lâche plus : je n'ai eu le droit de le feuilleter que très brièvement, j'ai dû attendre l'heure du coucher pour y accéder plus longuement et lui lire le premier conte... et j'ai eu l'autorisation de l'emporter avec moi pour la nuit.

    Les histoires sont vraiment mignonnes, les illustrations à croquer et pleines de douceur. Chercher le canard sur chaque page est un jeu que la Minette fait en le "lisant" seule, pas quand je lui lis le conte. Le livre en lui même est agréable : il est épais (330 pages environ), donc un peu lourd, mais pas trop grand, du coup il reste maniable par la Minette (4ans). La couverture bien épaisse et légèrement matelassée en assure une bonne prise.

    C'est un recueil adapté aux touts-petits, mais aussi aux jeunes lecteurs (qui savent déchiffrer) : les phrases sont courtes, le sens est très accessible mais avec un vocabulaire qui n'est pas pauvre pour autant, et c'est écrit gros. Chaque conte débute avec les mêmes phrases, c'est rassurant pour un jeune lecteur qui se lance plus volontiers. Un autre avantage encore : c'est un pavé, mais pas un pavé qui fait peur, il y a peu à lire sur chaque pages (2 ou 3 lignes), donc ça habitue les plus jeunes aux gros livres.

    Myhal


    votre commentaire